Les conseils pour acheter une voiture d’occasion en Tunisie

Chercher une voiture d’occasion qui puissent satisfaire nos attentes est comparable à trouver une aiguille dans une botte de foin. Cela étant, même quand on pense avoir déniché la perle rare et l’occasion en or, on n’est jamais à l’abri de mauvaise surprise : compteur kilométrique trafiqué, véhicule accidenté puis mal réparé, véhicule volé. L’acheteur pourrait vite voir son rêve se transformer en cauchemar. L’équipe Motors.tn vous dévoile, dans ce guide, les détails les plus importants à vérifier lors de l’achat d’un véhicule d’occasion sur plusieurs volets :

  • L’état extérieur :
    • Toujours organiser la visite du véhicule en plein jour, et de préférence dans le beau temps. En effet, il est évident que dans la pénombre il est difficile de repérer les impacts et rayures sur la carrosserie, mais aussi la pluie pourrait cacher d’autres défauts visibles à sec. La lumière permet aussi de distinguer des nuances de couleurs sur les portières ou les ailes qui peuvent témoigner d’une intervention d’un carrossier.
    • Il faut contrôler tous les joints d’étanchéité et examiner en parallèle l’alignement des portes et de toute la carrosserie afin de distinguer un potentiel choc de travers. De plus, il faut essayer de voir s’il y’a une asymétrie dans l’état des projecteurs ou des garde-boues. Un véhicule mal repeint est un véhicule dont les traces de vernis sont apparentes, examinez de près les débuts de corrosion surtout aux alentours des vitres et du pare-brise.
    • Bas de caisse et soubassement à contrôler sur un pont hydraulique afin d’y voir si y’a pas de rouille ou de choc apparent. Les fuites de liquides de direction ou de frein par exemple seront à leurs tours beaucoup plus visible.
  • Les pneus :
    • Vérifier que les roues sont de même marque et au même niveau d’usure, au moins sur chaque essieu.
    • Vérifier le DOT des pneus (la date de production du pneu). Méfiez-vous des pneus très anciens (même s’ils paraissent en bon état) et faîtes gaffe aux contrefaçons et aux contrebandes (un pneu mal stocké est un pneu qui n’assure plus ses fonctionnalités)
    • Vérifier la présence de la roue de secours et de l’outillage du changement de ce dernier.
  • La climatisation :
    • Déclencher la climatisation sur les deux extrêmes des températures possibles (chaud/froid) et voir l’efficacité de la ventilation s’il y a ou pas une anomalie.
    • Observer le moteur, avec la climatisation en marche, s’il y’a un bruit de grincement suspect ou une instabilité dans le régime moteur.
    • Faire un diagnostic chez un garage spécialiste afin d’éviter les fuites possibles du liquide réfrigérant et de contrôler son niveau par la même occasion.
  • L’intérieur :
    • Inspecter minutieusement l’état de tous les éléments de l’habitacle et voir la concordance de l’usure avec l’âge et le kilométrage du véhicule (état des pédales, pommeau, plancher, sellerie…).
    • Effectuer un test de tous les accessoires présents : Autoradio et système de GPS, commodos éclairage/essuie-glaces, boutons des lève-vitres, système de climatisation, ainsi que les variateurs de flux des grilles de ventilation. Tout doit y passer et ne rien laisser au hasard.
    • Une inspection du coffre est impérative : Elle pourrait révéler la présence d’humidité due à un problème dans le joint d’étanchéité du hayon arrière. Le mécanisme d’ouverture, de fermeture ainsi que les vérins de soutien sont à contrôler aussi.
  • Moteur :
    • Vérifier tous les niveaux que l’on peut vérifier à l’œil nu : Niveau d’huile, niveau de liquide de refroidissement et liquide des freins (moteur à froid et voiture stationnée sur du plat). L’aspect visuel est aussi important (vase d’expansion trop sale, présence de « mayonnaise », éclaboussure d’huile partout sur le moteur ou fuites apparentes…).
    • Observer le démarrage à froid du moteur : si le moteur peine à démarrer (contrôler la batterie entre temps, présence de dépôt blanchâtre…) ou s’il démarre mais le régime au ralenti est instable ou ne parvient pas à se maintenir.
    • Contrôler le fonctionnement des jauges de carburants et de température (si le véhicule en est équipé). Profitez-en pour voir la température du déclenchement du ventilateur principal, s’il grince ou pas, et voir le comportement du régime au ralenti à une température normale de fonctionnement.
    • Etre à l’affut de toutes fumées suspectes, odeur de carburant ou bruits suspects dans le moteur.
  • Faire un essai routier : 
    • Après avoir fouillé de fond en comble à la recherche de défauts, qu’ils soient mineurs ou majeurs, on vous conseille de faire un essai de conduite pour clôturer la vente. Là, vous pouvez contrôler l’embrayage (absence de patinage, une pédale ni trop molle ni trop dure), l’état de la boîte de vitesse (pas de craquement ni de passage difficile pour une boite manuelle, pas d’à-coups pour les boites automatiques), la liaison au sol (suspension ferme et assez confortable, pas de rappels oscillants indiquant des amortisseurs en fin de vie), la qualité du freinage (bon déclanchement de l’ABS lorsqu’il est sollicité, pas de vibration dans le volant lors du freinage, frein à main fonctionnel), la direction et le parallélisme (pas de ripage des essieux).

Enfin, il est préférable d’avoir un carnet d’entretien avec les réparations et les entretiens faits auparavant pour avoir une idée sur l’historique complet. Si vous sentez le moindre détail qui cloche, passez votre chemin. Évitez aussi les courtiers et les intermédiaires, ces personnes spéculent sans apporter une plus-value au véhicule, mais aussi essaient de maquiller des défauts que certains ne peuvent pas s’en rendre compte, ce qui pourrait avoir de grave répercussions, principalement en termes de sécurité.

Après l’achat de votre voiture d’occasion, pensez à faire la vidange huile moteur, changer le liquide de refroidissement, remplacer les courroies et les bougies, n’hésitez pas à consulter l’annuaire pour trouver le centre entretien auto le plus proche pour effectuer votre entretien.