Actualités

La Mustang au cinéma : les six films qu’il faut voir pour (re)découvrir la mythique Ford

Pinterest LinkedIn Tumblr

La mythique Ford Mustang fête son 56ème anniversaire, après avoir été dévoilée pour la première fois lors de l’Exposition universelle de New York le 17 avril 1964. Certes, ce n’est pas le meilleur moment de prendre le volant pour un voyage inutile à son bord, c’est le moment idéal pour se rassembler en famille et célébrer la Mustang au cinéma.

Symbole incontestable de performance, choisie par les héros pour conquérir leurs adversaires et rétablir la justice, la Mustang a été conduite tour à tour par des voyous, des perfectionnistes et l’élite ; des conducteurs qui ont su tirer le meilleur parti de ses performances sans compromis.

Nous avons rassemblé pour vous les six films inoubliables dans lesquels la Mustang est non seulement un personnage central, mais pourrait même être considérée comme le héros même du film.


James Bond : Goldfinger
(1964), Thunderball / Opération Tonnerre (1965), Diamonds Are Forever / Les diamants sont éternels (1971)

Bien que l’espion britannique ne soit pas le personnage le plus associé à Ford, les véhicules de la marque ont tenu plusieurs rôles principaux à ses côtés, notamment la Mustang qui a fait ses débuts dans Goldfinger, où le modèle de 1964 conduit par Tilly Masterson connait une fin plutôt triste.

Bond s’en sort mieux lorsqu’il est récupéré par une Mustang de 1965 aux Bahamas dans le film Thunderball. Quelques années plus tard, l’agent secret utilise une Mustang Mach 1 de 1971 à l’occasion d’une séquence de poursuite mémorable dans Las Vegas, s’échappant par une ruelle en conduisant sur deux roues. La cascade a été réalisée par le légendaire Bill Hickman.

Bullitt (1968)

Avec Steve McQueen, Bullitt a sans doute créé la voiture de cinéma la plus emblématique de tous les temps. La Mustang GT Fastback de 1968 en « Highland Green » joue dans une poursuite épique de 11 minutes dans les rues vallonnées de San Francisco. Après de nombreuses années hors route (y compris une tentative ratée de Steve McQueen de la racheter), le véhicule d’origine a été vendu aux enchères, début de 2020 pour un montant incroyable de 3,74 millions de dollars.

Pour l’anecdote, la poursuite en voiture, qui dure 10 minutes et 53 secondes, était censée être enregistrée. Mais le chef d’orchestre Lalo Schifrin a suggéré qu’aucune musique ne soit ajoutée à la séquence, soulignant que la bande sonore était suffisamment puissante en l’état. Au fil des ans, le film a inspiré plusieurs éditions spéciales Bullitt Mustang, notamment les modèles 2001, 2008 et 2019.

Gone in 60 Seconds / 60 secondes chrono (1974, 2000)

Rendu célèbre par sa production quelque peu téméraire (il se dit que plus de 100 véhicules ont été détruits ou endommagés pendant le tournage), Gone in 60 Seconds comportait une Ford Mustang Sportsroof de 1971, nommée « Eleanor ». Sans dévoiler l’histoire, on y retrouve l’une des plus impressionnantes cascades jamais réalisées par une Mustang : un impressionnant saut de près de 10 mètres dans les airs, sur une longueur de 40 mètres, à l’issue duquel la star H.B. Halicki s’est malheureusement comprimé la colonne vertébrale à l’atterrissage. La voiture a mieux résisté.

Pour le remake de 2000, avec Nicolas Cage et Angelina Jolie, le rôle d’Eleanor a été « joué » par une Shelby GT500 de 1967. Sept répliques ont été créées par la production dont cinq pour les séquences de cascades. Les deux autres sont revenues à la star principale du film et au producteur exécutif. Cage, qui a réalisé lui-même la plupart de ses cascades, l’emmène régulièrement faire un tour, tandis que le producteur Jerry Bruckheimer aurait peur de conduire la sienne.

Need For Speed (2014)

Mettant de côté son parcours criminel incarné dans la série Breaking Bad, Aaron Paul joue ici un pilote de courses de rue récemment sorti de prison avec une soif de vengeance. Inspiré du jeux vidéo du même nom, Need for Speed avait de toute évidence besoin d’une mégastar automobile pour conduire le protagoniste vers sa rédemption, et cette voiture ne pouvait être qu’une Mustang.

Le modèle en question était une Shelby GT500 Super Snake Wide Body de 2013, équipée d’un V8 suralimenté de 5,8 litres en deux parties : l’un produisant 662 chevaux et l’autre un phénoménal 850 chevaux. Sans spoiler la fin, le prototype Mustang GT 2015 fait aussi une rapide apparition juste avant le générique. Les fans de Mustang pourront également reconnaître le film qui est projeté dans le drive-in : Bullitt. Plus précisément, la célèbre scène de poursuite où la Mustang 68 de McQueen file à grande vitesse.

John Wick (2014), John Wick: Chapter 2 (2017)

Quand il s’agit de films sur un meurtrier badass au caractère explosif, la série John Wick est sans aucun doute l’une des plus emblématiques des dernières années. Et si le quotidien de Wick semble plutôt minimaliste, propre et soignée, ses goûts en matière de voiture ont plutôt à voir avec la brutalité et une certaine idée de la sauvagerie. Bienvenue dans la Mustang Mach 1 de 1969, une voiture qui correspond parfaitement à la réputation de Wick.

Réalisés par le cascadeur de Keanu Reeves (Chad Stahelski) dans The Matrix, John Wick et sa suite sont centrés sur le vol de la précieuse voiture du maître assassin à la retraite. Tellement précieuse que le garage chargé de désosser l’engin décide de ne rien faire, de peur de la réaction de John Wick.

Ce n’est pas la première fois que Keanu Reeves conduit une Mustang classique au cinéma. En 1991, dans Point Break, Reeves prenait le volant d’une Mustang Mach 1 de 1970 – assez similaire à celle de John Wick. Fait intéressant, Keanu Reeves a déclaré avoir réalisé 90 % de ses cascades dans le film.

Ford vs Ferrari/ Le Mans 66 (2019)

Vous vous demandez peut-être comment une histoire sur Le Mans est parvenu à se faufiler dans une liste de films sur la Mustang. Ceux qui y prêtent attention auront reconnu dans ce long métrage Lee Lacocca – le « père de la Mustang » – qui joue un rôle essentiel pour obtenir le concours de Carroll Shelby dans la conception de l’une des meilleures machines jamais sorties de l’écurie Ford. Le film montre la révélation de la Mustang originale dans une scène emblématique où Carroll Shelby (joué par le vainqueur des Oscars Matt Damon) prononce un discours enthousiasmant devant une foule comprenant Ken Miles (joué par un autre oscarisé, Christian Bale).

Basé sur l’histoire vraie de Shelby, Miles et de leur passage au Mans avec la Ford GT40, ce film deux fois primé aux Oscars offre de très grandes performances et des séquences de course exceptionnelles qui vous tiendront en haleine jusqu’à l’arrivée de la mythique course. Et quand vous aurez vu ce film, vous pourrez approfondir le sujet avec un documentaire sur le retour de Ford au Mans en 2016 avec la Ford GT accessible ici :

 

Bonus feature : I Am Legend

Si vous étiez le dernier homme sur terre, quel véhicule conduiriez-vous dans les rues désertes d’un New York post-apocalyptique ? Le personnage de Will Smith, Robert Neville, a choisi une Mustang Shelby GT500 rouge de 2007 pour l’accompagner, avec son chien, dans le combat qu’il mène pour survivre.

Sur les six voitures construites pour le long métrage, cinq ont été endommagées ou écrasées après le film, laissant aux collectionneurs un seul et unique modèle. La société de production a conservé la voiture pendant des années, mais celle-ci a été vendue à un concessionnaire automobile du Connecticut fin 2019, où elle était disponible pour environ 150 000 dollars.

D’après communiqué.